Les Réveils Piétistes

Publié le par Marie-Christine

Plan
    - Les Mennonites
    - Les Congrégationalistes et les Baptistes
    - Le Réveil morave
    - Le Réveil méthodiste


Repères

- Le protestantisme s'installe en Europe du Nord alors que les Huguenots sont toujours persécutés en France et dans les pays restés catholiques.

- La contre Réforme catholique donne naissance aux guerres de religion, à l'inquisition, au jansénisme {Jansénius, Pascal. Port-Royal! aux jésuites ainsi qu'a un effort missionnaire dans le sillage des grands explorateurs.

- Le protestantisme luthérien est figé dans une « orthodoxie morte * pendant que l'anglicanisme devient rigide sous l'effet du puritanisme. Plusieurs chrétiens aspirent à autre chose.

- 1525 (21 janvier) ; premiers baptêmes d'adultes sur profession de foi en Suisse (Zollikon), point de départ de l'anabaptisme : l'une des deux matrices du baptisme.

Mennonites

Menno SimonsAux Pays-Bas, le sud sous influence espagnole est catholique alors que le Nord est luthérien. Mais certains Hollandais préfèrent suivre les positions calvinistes et anabaptistes.

Les "assemblées" mennonites tiennent leur nom de Menno Simons (1496-1561), prêtre frison qui adhéra en 1536 à l'anabaptisme pacifique hollandais , et qui devint l'un des chefs et le réformateur de ce courant religieux, en Hollande et jusqu'en Allemagne. Le mouvement mennonite se répand des Pays-Bas jusqu'en Russie et en Amérique du Nord. En France ils sont implantés en Alsace. Au 17ème siècle, une partie d'entre eux se séparent « du monde » : les Amish, qui émigreront plus tard en Amérique du Nord.

Ils sont attachés au Baptême des adultes, au pacifisme (refus de porter les armes), au refus de vivre selon le monde, et à la vie rurale.

Congrégationalistes et baptistes:

En Angleterre, le mouvement des Indépendants au sein de l'église anglicane préconise un régime congrégationnel, qui assure à chaque église locale son indépendance : ni évêque, ni synode. La première église de ce type date de 1580.

En Hollande. 1608-10, première assemblée de type baptiste, autour de John SMYTH (vers 1570-1612).

En Angleterre, une partie des Indépendants se séparent (1633), convaincus que seul le baptême des croyants par immersion est valable. Ces premiers baptistes entrèrent en contact avec un groupement de Hollande où ce baptême était pratiqué. L'un d'eux (Richard Blount) fut baptisé, puis il baptisa ensuite le pasteur Blacklock et les 54 membres de la communauté (1640)

 

Indépendants, baptistes et autres « dissidents » (Quakers) traversent des périodes de persécution.

Certains obtiennent la permission de s'exiler aux Etats-Unis. En 1620, ils s'embarquent sur le « May-Flower » et fondent une colonie congrégationaliste, de type théocratique.

En 1636, le pasteur Roger Williams se rend aux USA, et fonde la ville de Providence et la première église baptiste d'Amérique.

1683: Le Quaker Williams Penn fonde l'état de Pennsylvanie et la ville de Philadelphie.John Bunyan

1660-1672 : emprisonnement dans la geôle de Bedford du baptiste John BUNYAN (1628-1688) où il rédige Le Voyage du Pèlerin (The Pilgrim Progress).

1817 : rôle décisif de Robert HALDANE, chrétien écossais de convictions baptistes, dans les débuts du 'Réveil' de Genève.

1820-21 : création de la première assemblée de type baptiste en France (à Nomain, Nord).

1845 : éclatement de l'ensemble baptiste américain (Nord-Sud) sur la grave question de l'esclavage. Le baptisme américain va dés lors vivre une contradiction douloureuse entre le combat pour l'égalité (figure emblématique de Martin Luther King) et le conservatisme inégalitaire (figure de l'ex-pasteur William Joseph Simmons, refondateur du Ku Klux Nan en 1915)

Réveil morave

Nicholas Ludwig von Zinzendorf Le réveil piétiste de Halle : en Allemagne, l'alsacien Spener (1635-1705) organise à Halle un centre piétiste : il réclamait de ses auditeurs une piété qui vienne du cœur : basée sur l'expérience de la repentance et du pardon, une foi qui produise de bonnes œuvres.

Le comte Zinzendorf (1700-1760), éduqué à Halle, se convertit plus tard. Il accueille sur ses terres (Herrnhut) des frères moraves fuyant la persécution. Ils ont des réunions d'édification où les laïcs ont une grande part, des chants simples et joyeux, une large place donnée aux émotions religieuses. Leur style connaît un grand succès dans toute l'Europe sous le nom de réveil morave.

Alors que le protestantisme classique ne porte pas d'intérêt particulier pour les missions, au contraire les frères Moraves ont un zèle missionnaire très important et envoient des missionnaires un peu partout.

Réveil méthodiste

John WesleyWesley (1703-91) se convertit le 24 mai 1738 après avoir commencé à fréquenter a Londres les réunions des frères moraves, en entendant lire la préface de Luther de l'épître aux Romains Aussitôt il se met à prêcher avec son frère Chartes et son ami Whitefield (1714-1770).Georges Whitefield Rapidement ils réunissent des foules de plusieurs milliers (20000). Wesley a prêché le réveil pendant 50 ans, a prononcé plus de 40000 sermons tant en Angleterre qu'aux Etats-Unis. Les convertis étaient réunis en sociétés et en classes qui étudiaient la Bible pendant la semaine Les moments de prière et de louange sont émouvants. Le zèle missionnaire est présent. On insiste particulièrement sur la nécessité d'avoir une vie sainte.

II organisa les églises méthodistes wesleyennes pendant que son ami Whitefield organisait les églises méthodistes calvinistes. En effet il ne partageait pas avec Whitefield les mêmes convictions sur la doctrine calviniste de la prédestination.

Le réveil méthodiste a bouleversé toute l'Angleterre et influencé toutes les églises "dissidentes"  (congrégationalistes, baptistes, mennonites. frères,....).

Conclusion

Le courant des églises évangéliques d'aujourd'hui est héritier d'une part de la Réforme par son attachement à la Bible seule, au salut par la foi seule et d'autre part de ces différents réveils piétistes. Toutes prêchent la nécessité de la conversion, ou nouvelle naissance. Toutes ces églises aujourd'hui pratiquent le baptême des croyants (c'est-à-dire des convertis adultes) et presque toutes le baptême par immersion, toutes sont attachées à l'indépendance de l'église locale (par rapport à l'état), toutes pratiquent les réunions d'étude de la Bible et de prière avec implication forte de chaque membre d'église.


Pour en savoir plus:

Histoire du Baptisme: c'est le moment d'aller voir l'exposition créée à l'occasion des 400 ans du baptisme !

 

Publié dans Temps modernes

Commenter cet article

Neal Blough 27/01/2010 10:19


Concernant votre paragraphe sur les mennonites, j'aurais quelques remarques de détail.
1) Menno Simons adhère à l'anabaptisme en 1536 et non pas en 1526
2)Il n'a pas adhéré au mouvement suisse, car il y avait un mouvement anabaptiste indigène néerlandais. (Ensuite, il y a des liens entre les deux)
3)le schisme "amish" s'est passé en Europe à la fin du 17e siècle, et concernait les anabaptistes de Suisse, Alasace et du Palatinat. Ils sont partis ensuite en Amérique du Nord


Marie-Christine 03/02/2010 17:36


C'est un honneur que d'avoir ce commentaire posté d'un spécialiste comme vous, M. Blough. Je vais corriger mon texte en tenant compte de vos remarques.